Commentaires des résultats du dernier Baromètre des investissements d’Argenta: 3e trimestre 2018

Cet article commente les principaux enseignements à tirer du dernier Baromètre des investissements* d’Argenta, relatif au troisième trimestre de 2018. Au total, nous avons interrogé un millier de Belges sur leurs projets financiers.

Les Belges continuent d’investir lors des fluctuations boursières du 3e trimestre

Le baromètre a enregistré 46 % d’investisseurs au cours du 3e trimestre. Soit 1 % de moins qu’au trimestre précédent, mais ce qui reste un pourcentage élevé. Les variations de la bourse contribuent à un glissement de popularité des différents produits d’investissement. Actuellement, les investisseurs optent le plus souvent pour des fonds (19,5 %), suivis des produits d’assurance-investissement de la branche 23 (19 %) et des actions belges (17 %).

Quel type de portefeuille d’investissement les investisseurs choisissent-ils en ce moment ? 31 % des investisseurs veulent un portefeuille neutre avec un équilibre entre rendement et sécurité. 25 % (une baisse de 8 % par rapport au 2e trimestre) choisissent de manière plus défensive et donc pour davantage de sécurité. 14 % acceptent de prendre un risque plus grand en vue d’obtenir un rendement plus élevé.

« Au trimestre dernier, les bourses d’actions mondiales ont poursuivi la tendance du premier semestre », explique Sebastiaan Grenne, Expert en stratégie d’investissement chez Argenta. « Il y a eu de fortes fluctuations et les cours boursiers montaient et descendaient rapidement, mais l’indice général des actions mondiales a clôturé le trimestre de manière positive.

Les forts écarts de rendement entre les marchés d’actions de différentes régions représentent une autre ressemblance frappante avec le premier semestre. Ce sont les actions américaines qui ont de nouveau été les plus performantes, stimulées par la forte croissance annoncée des entreprises américaines. Les actions des pays en développement ont de nouveau affiché le niveau de performance le plus faible à cause de la pression engendrée par les tensions accrues concernant la guerre commerciale. Quant aux actions européennes, elles ont de nouveau opté pour le juste équilibre et les fluctuations sont restées quasi nulles au trimestre dernier.

En Europe, le pessimisme politique a été contré par les bons résultats d’exploitation. La nouvelle négative, dont le principal responsable est la formation du gouvernement italien et les projets populistes de ce dernier pour faire augmenter fortement les dépenses publiques, a été annulée par les bons résultats d’exploitation et la politique monétaire de la Banque centrale européenne, qui continue de soutenir l’économie.

Qu’est-ce qui retient les Belges d’épargner ?

Près de la moitié des Belges investit. L’autre moitié a le même taux plancher pour son épargne. Qu’est-ce qui les empêche d’investir ? D’après le baromètre, il s’agit surtout d’une question de perception. 51 % des personnes n’investissant pas parlent d’un capital insuffisant : « Je pense que je n’ai pas assez d’argent pour cela. » 1 non-investisseur sur 3 explique qu’il craint la complexité de l’investissement, et 1 sur 4 ajoute qu’il a peur des risques ou qu’il a du mal à les évaluer. Mais l’investissement est possible sous différentes formes. Chacun a ses propres souhaits et projets et son propre profil de risque. L’un opte pour le plus de sécurité possible tandis que l’autre recherche le rendement. Un troisième choisira quant à lui un investissent durable uniquement. Pour chaque profil de risque, il existe une forme d’investissement adaptée. Vous n’avez pas besoin de disposer d’un capital important ou d’être expert en investissement. Tout est négociable. Il faut simplement engager le dialogue.

Autrefois, l’épargne suffisait à conserver son pouvoir d’achat. Mais depuis 4 ans déjà, l’inflation en Belgique est systématiquement plus élevée que les intérêts à court et à long terme. Visuellement, votre épargne conserve sa valeur sur votre compte d’épargne mais en réalité, ce n’est pas le cas. Par exemple : vous disposez d’un montant de 10.000 euros sur votre compte d’épargne. Dans un an, il y figurera toujours, mais votre pouvoir d’achat ne représentera plus que 9.775 euros. C’est ainsi que, année après année, l’inflation grignote vos économies. Vous souhaitez protéger votre capital contre cette perte ? Dans ce cas, l’investissement peut-être un bon choix.

Chez Argenta, nous optons pour des solutions simples. Ainsi, l’investissement est accessible à tous. Vous pouvez déjà investir à partir de 50 euros par mois. Vous n’avez donc pas besoin de posséder des fortunes pour faire prospérer votre épargne avec l’économie. De plus, nous cherchons avec vous le juste équilibre entre sécurité et rendement, en fonction de votre situation personnelle et de vos préférences. Cela est différent pour chaque client. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que chez Argenta, nous prenons toujours le temps pour un entretien approfondi à propos de vos projets d’investissement.

Les projets d’investissement à venir continuent d’augmenter

31 % des Belges a l’intention d’acheter un produit d’investissement dans les 3 mois à venir. Cela représente une augmentation d’1 % par rapport au 2e trimestre. Les plans d’épargne des Belges se portent bien eu aussi. Seuls 14 % des Belges indiquent qu’ils vont épargner moins au cours des prochains mois. Les raisons avancées sont la diminution de leurs revenus ou leur besoin d’argent pour l’achat d’un logement. 80 % des actifs pensent qu’ils seront partiellement ou totalement responsables de leur pension. 65 % d’entre eux se sont déjà lancés dans l’épargne-pension, souvent en combinaison avec l’épargne et l’investissement.

Épargner intelligemment en période d’incertitude

Vincent Varache, Manager du Centre de connaissances chez Argenta, souligne l’importance d’une gestion de fonds disciplinée lors d’une période incertaine au niveau financier.

 

« À nos yeux, il n’y a pas de raison univoque à une si forte inversion du sentiment envers les marchés. Nous observons bien une somme de risques. Les principaux éléments déclencheurs de la nervosité croissante sont la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, l’incertitude concernant le budget italien, le possible durcissement trop rapide de la politique monétaire américaine, et le meurtre du journaliste dissident Khashoggi qui met à l’épreuve les relations internationales avec l’Arabie Saoudite.

Face à tous ces risques, les bons résultats des entreprises offrent un point de repère. Les bénéfices d’exploitation continuent d’augmenter fortement, surtout aux États-Unis. Nous y voyons toujours une croissance importante. Les entreprises ayant déjà rendu des comptes pour le troisième trimestre s’en sortent en moyenne mieux que prévu. L’allègement fiscal pour la classe moyenne américaine annoncé rapidement et de manière opportuniste par Donald Trump avant les élections, peut également faire inverser le sentiment.

Comme c’est souvent le cas, les doutent des investisseurs commencent à augmenter au fur et à mesure que les bourses baissent. Les émotions prennent alors le dessus. C’est justement pour cela qu’il est important de gérer son portefeuille d’investissement de façon systématique et disciplinée. Chez Argenta, nous aidons nos clients dans ce sens. Dans chaque agence, un partenaire de confiance personnel est présent pour accompagner les clients de manière professionnelle lors de la constitution et de la gestion de leur capital.

En vous retirant de la bourse maintenant, vous excluez le risque à court terme, mais à long terme, vous créez un risque encore plus grand en matière de maintien du pouvoir d’achat et de problématique des pensions. En octobre, l’inflation en Belgique a encore augmenté pour atteindre 2,75 %. Ce chiffre accroît l’importance pour chaque client d’activer au moins une partie de son épargne, conformément à son profil. Disposer d’un horizon suffisamment large est encore plus important aujourd’hui qu’hier. »